Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog Tam-Tam :

  • : JF 24 ans partage expérience du cancer
  • : J'ai eu en octobre 2005 un cancer du côlon. Je suis en rémission depuis une CHIP en janvier 2007.
  • Contact

Rechercher

23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 14:16
Depuis le début de la prise en charge de mon cancer, j'ai toujours eu le moral. J'ai une formation de scientifique, donc quand on est malade, on va chez le medecin, il nous donne un remède et on guérit!! Que la maladie soit grave ou pas, je m'en remet aux spécialistes.

Cependant, lors de certaines chimio, j'arrivais sûre de moi, rigolant avec les infirmières. Mais dés que je voyais l'aiguille, je me sentais subitement angoissée, ne pouvant plus me maitrîser, ayant envie d'être n'importe où sauf à ma place. Les infirmières m'ont conseillée alors d'aller voir le psy de l'hôpital.

Au début, j'avais pas envie d'y aller. Non pas parce que j'avais pas envie de voir un psy, j'en avais déjà vu un lors du divorce de mes parents et je sais que sans s'en rendre compte, en parlant simplement d'une situation, on peut l'accepter plus facilement et l'affronter. Mais ayant le moral quand je n'étais pas l'hôpital, je me demandais de quoi j'allais lui parler: "Je me sens bien, mais dés que je mets un pied à l'hôpital, je chiale..., Quest-ce que vous en dîtes??"

Finalement, j'ai osé aller le voir quand ma mère a commencé une dépression, je voulais savoir si j'étais assez forte psychologiquement pour pouvoir l'aider. Pendant la première consultation, on a surtout parlé de ma maladie. Tout compte fait, j'avais beaucoup de choses à dire!! 
Depuis je l'ai revu 4 ou 5 fois. A chaque fois, j'ai beaucoup de choses à lui dire. Je discute des rendez-vous que j'ai eu avec les spécialistes. Comment j'ai ressenti ce qu'on m'a dit, est-ce que je suis inquiète. Comment  je suis entourée par ma famille.

Je me refuse de dire à mes proches quand j'ai une baisse de moral. Je ne veux pas les mettre dans l'embarras, comment voulez-vous réconforter quelqu'un qui va peut être mourir??? Par contre, à lui je peux le dire, que j'en ai marre, que je veux arrêter les traitements, que je comprends pas pourquoi ça m'est tombé dessus... Il n'a pas pour rôle de me réconforter, il me permet simplement de dire à voix haute ce que je ressens et d'en discuter. Tout ce que j'ai pu lui dire, j'y avais déjà pensé dans ma tête, mais allez savoir pourquoi, quand on le dit à un psy, c'est pas pareil.

Pour finir, je voulais dire que je reviens de chez mon psy. Que pour la première fois, je n'ai pas passé la séance à pleurer, mais à parler simplement de mon actualité. Il m'a dit que j'arrivais à présent à parler de choses graves sans pour autant être triste. Car il est vrai que j'ai eu du mal à dire tout simplement que j'avais une grave maladie. Je suis vraiment consciente que j'ai fait tout un chemin de pensée.
A présent je suis pleinement consciente de ma maladie, que je peux en mourir, que je peux perdre mon utérus pendant la Chip, mais c'est pas pour autant que je dois arrêter de vivre et d'être heureuse!!



Et pour détendre l'atmosphère, voici quelques petites blagues sur les psy:

Une psychologue demande à son patient : Un chasseur tire au fusil à chevrotine sur un arbre qui abrite 10 oiseaux. Combien d'oiseaux restent sur l'arbre.
Le patient calcul : en fonction de la létalité des munitions utilisées et compte tenus de la distance de tir habituelle pour ce type de cible.... le chasseur aurait dû toucher 4 oiseaux. Il en resterait donc 6.
La psychologue répond alors à son patient qu'elle aime bien le raisonnement. Mais en fait le bruit du canon à effrayé les oiseaux qui se sont envolés. Il n'en reste donc plus sur l'arbre.

Le patient pose alors la question: Sur un banc public, trois femmes dégustent des glaces. La première la lèche, la deuxième la croque et la troisième la suce. laquelle de ces femmes est mariée.
La psychologue rougis et un peu gênée, répond : Celle qui la suce.Le patient répond : j'aime aussi le raisonnement mais c'est faux, celle qui est mariée est celle qui porte une alliance.[http://www.mortderire.info/]

Et une petite dernière pour la route :

Combien de psychologues faut-il pour changer une ampoule ?

Vous avez 10 sec pour réflechir.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Réponses : (suivant la réflexion du psy)
  • Un seul, mais il faut que l'ampoule veuille vraiment changer.
  • Un mais ça prend 9 rencontres.
  • Aucun, l'ampoule changera toute seule quand elle sera prête.


Partager cet article

Repost 0

commentaires